Posted on September 3, 2014

La lettre de motivation manuscrite a la peau dure

La lettre manuscrite a longtemps été l’outil favori des recruteurs. Son analyse graphologique était censé déceler les traits de caractère du candidat et ainsi faciliter l’embauche du meilleur profil. Bien que beaucoup moins répandue aujourd’hui, la lettre manuscrite a tout de même survécu à l’avènement du traitement de texte et de l’internet. Mais combien de recruteurs demandent encore aujourd’hui aux futurs candidats d’exprimer leur motivation sur papier ?

Illustration par Karen
Illustration par Karen

Une petite minorité de cas

Les chances que vous ayez à sortir votre plume pour préparer une candidature sont minimes. Dans les 12 derniers mois, sur les 4.7 millions d’offres d’emploi collectées sur le web Français par Jobfeed, 12 902 exigeaient une lettre de motivation manuscrite. Cela représente seulement 0.27% de l’ensemble des offres d’emploi publiées en ligne.

Une spécificité Française

Ce résultat peut sembler modeste mais il l’est bien moins lorsqu’on le compare aux chiffres collectés dans d’autres pays. Aux Pays-Bas par exemple, sur les 12 derniers mois, seulement 25 offres d’emploi faisaient la demande d’une lettre manuscrite. Même observation en Allemagne, où environ 400 recruteurs demandaient aux potentiels candidats d’utiliser leurs stylos.

Plus commun dans la fonction publique que dans les TIC

La fonction publique est le secteur d’activité qui fait le plus recours aux lettres manuscrites (2.1% du total des offres dans ce secteur) suivi par le secteur de la santé/action sociale (0.95%). Sans surprise en bas de tableau, le secteur des TIC est le secteur qui requiert le moins l’utilisation de sa plume (0.08%) pour postuler à un emploi.

Source Jobfeed
Source Jobfeed

La Picardie en tète, L’IDF en bas de tableau

Sur les 12 derniers mois, la Picardie est la région où l’utilisation des lettres manuscrites est la plus commune. La proportion de demande y est deux fois plus élevée (0.67%) que la moyenne nationale. Les régions Auvergne et Franche -Conté suivent avec respectivement 0.43% et 0.40% des offres en ligne demandant une lettre écrite à la main. L’Ile-de-France, premier bassin d’emploi en France, est au contraire la région qui s’appuie le moins sur les lettres manuscrites avec seulement 0.14% des offres en ligne les exigeant.

Une pratique à la peau dure

Alors que sa prédominance s’est étiolée au cours des deux dernières décennies, les chiffres montrent que sur les 3 dernières années, le nombre de demandes d’applications manuscrites reste stable, oscillant entre 0.27% et 0.33%.du total des offres. Difficile ainsi de prédire la fin de la lettre de motivation manuscrite qui bien que reclassée au rang de curiosité n’en reste pas moins une pratique qui perdure.

Méthode et source
Les données utilisées proviennent de Jobfeed, l’outil d’analyse du marché de l’emploi de Textkernel, qui recueille et catégorise l’ensemble des offres d’emploi publiées sur le web Français dans une base de données consultable en ligne. Cet arcticle est basé sur l’analyse de plus de 4.7 millions d’offres d’emploi uniques collectées par Jobfeed entre le 15 juillet 2013 et le 15 juillet 2014.

En savoir plus sur Jobfeed.

Presse
Les informations contenues dans cet article sont publiquement consultables. L’utilisation de ces informations est libre à condition de faire mention de leur source (Jobfeed) et d’inclure un lien vers cet article. Vous souhaitez avoir plus d’informations sur Jobfeed ou plus de précisions sur les chiffres présentés dans cet article ? Contactez nous à info@textkernel.fr.